Cela fait longtemps que la ventilation naturelle n’est pas la seule solution pour aérer un logement. Et après la ventilation mécanique contrôlée, qui existe d’ailleurs en différents systèmes, la ventilation positive hygrorégulée a fait son apparition !

 

Les différents systèmes de ventilation

Comme indiqué avant, il y a plusieurs systèmes qui permettent d’aérer un logement. Le plus simple et le moins cher (à l’achat) est peut-être le système de ventilation mécanique à simple flux. Il dispose d’un moteur qui assure l’extraction de l’air intérieur humide à travers des bouches d’extraction autoréglables. C’est un des systèmes les plus utilisés pour son prix réduit et sa facilité d’installation. Mais il faut savoir qui est assez bruyant et cause des déperditions de chaleur, surtout en hiver. Il y a aussi le système de ventilation à double flux qui possède deux réseaux de circulation d’air.

Son avantage par rapport à la ventilation à simple flux est qu’il limite les déperditions d’énergie. Mais il est plus difficile à installer et assez encombrant. Une des technologies les plus récentes est la ventilation positive hygrorégulée VPH. Son fonctionnement est différent de celui de la ventilation mécanique contrôlée. Elle fonctionne en effet de manière inversée, rejetant l’air intérieur en premier avant d’insuffler l’air extérieur. On citera aussi la VMC hygroréglable, la VMC double flux thermodynamique, la VMC gaz et la ventilation mécanique répartie VMR.

 

Fonctionnement de la ventilation positive

Le fonctionnement de la ventilation dite positive est contraire à celui de la ventilation mécanique contrôlée. Celle-ci fonctionne par un système de dépression, rejetant l’air intérieur avant de faire rentrer l’air extérieur. Quant à la ventilation positive, elle fait d’abord rentrer l’air extérieur pour créer une surpression et permettre de chasser l’air intérieur.

Évidemment, l’air extérieur est filtré et purifié avant d’être insufflé dans la maison. L’air extérieur est d’abord capté depuis le toit, filtré et réchauffé avant d’être introduit et réparti harmonieusement dans la maison. Ce nouvel air insufflé dans l’habitat crée une surpression sur l’air intérieur vicié et pollué qui est chassé à travers des orifices d’aération installés sur les encadrements des fenêtres.

On parle en général de ventilation positive hygrorégulée, c’est-à-dire qui assure la régulation de l’humidité, et de VPH connectée qu’on peut relier au WiFi et contrôler depuis des appareils électroniques. Pour la purification de l’air, différents filtres peuvent être utilisés. Il y a le filtre G4 qui capte les grosses particules, la combinaison G4+G7 qui filtre toutes les particules, et la combinaison G4+charbon qui effectue le pré-filtrage et capte les gaz et les odeurs extérieures.

 

Avantages de la ventilation positive

Bien que toujours peu utilisée, notamment parce que plus onéreuse, la VPH présente de nombreux avantages et est plus performante que d’autres systèmes de ventilation mécanique. Un système de ventilation positive traite l’air extérieur de manière avancée. Il le filtre pour le purifier, le déshumidifie pour le rendre plus sec et donc plus sain, puis le préchauffe si nécessaire pour l’apporter à une température ambiante confortable et saine. Vous bénéficiez donc chez vous d’un air sec, sain et agréable, sans risque de moisissures ou de bactéries. Il limite le développement des agents toxiques au maximum. La VPH permet aussi de faire des économies d’énergie, puisque les déperditions de chaleur sont très réduites, et l’air diffusé de manière harmonieuse. Le fait que l’air est purifié et déshumidifié en premier facilite son réchauffement et limite les dépenses énergétiques.

 

Adopter un système de ventilation positive ne peut qu’être bénéfique pour votre confort et votre santé. Vous pouvez choisir les solutions proposées par le fabricant Eoletec qui possède une grande expérience en ce domaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *