Communication éthique

10 conseils pour une communication éthique et efficace

Il ne fait aucun doute que la communication est essentielle à notre vie – c’est ainsi que nous partageons nos idées, nos pensées et nos sentiments avec les autres. Mais qu’en est-il lorsque la communication devient un outil de manipulation ou de nuisance ? Pour communiquer de manière éthique et efficace, nous devons être conscients des risques potentiels et prendre des mesures pour nous protéger et protéger les autres. Voici 10 conseils pour une communication éthique.

1) Écoutez activement et avec empathie

L’écoute active consiste à prêter véritablement attention à ce que dit une personne et à lui donner un feedback afin de mieux la comprendre.

L’empathie consiste à comprendre les expériences, la situation et les sentiments d’une autre personne. Lorsque nous écoutons activement avec empathie, nous montrons du respect pour les opinions, les pensées et les croyances de l’autre personne, même si elles sont différentes des nôtres.

Notre langage corporel révèle souvent nos véritables sentiments – que nous soyons heureux, en colère ou effrayés. Lorsque nous mentons ou trompons les autres, notre corps peut nous trahir et la personne avec laquelle nous communiquons peut sentir que quelque chose ne va pas. Le fait d’être conscient de notre corps tend à nous rendre plus conscients de nous-mêmes et à nous permettre d’être plus actifs auditeurs.

2) Éviter de tirer des conclusions hâtives

Se précipiter pour juger une autre personne avant qu’elle n’ait fini de parler est un exemple de généralisation hâtive.

Par exemple, lorsque vous dites « vous ne vous intéressez qu’à vous-même » ou « vous êtes égoïste », vous faites une supposition basée sur des informations limitées. Comme vous n’avez pas interrogé la personne sur ses pensées et ses sentiments, vous ne faites que des suppositions .

Ces généralisations hâtives peuvent devenir encore plus problématiques lorsque les suppositions conduisent à des préjugés et à des partis pris. Par exemple, si quelqu’un fait une remarque sexiste, vous pouvez supposer qu’il a des préjugés ou des partis pris contre les femmes. De nombreuses personnes font des suppositions sur les autres en se basant sur leurs propres expériences passées, sans tenir compte du fait qu’elles ne sont peut-être pas vraies pour tout le monde.

3) Utilisez des déclarations « je »Lorsque nous disons « tu », nous émettons un jugement ou une hypothèse sur une autre personne.

Par exemple, si je dis « tu fais toujours ça », je suppose que tu fais toujours ça et que c’est un fait. Si vous me disiez la même chose, ma réponse pourrait être quelque chose comme : « En fait… non. »L’utilisation de déclarations « je » nous permet d’exprimer nos propres pensées et sentiments sans faire de suppositions sur les autres.

Par exemple, au lieu de dire « tu fais toujours ça », vous pouvez dire « je suis frustré quand tu ne me rejoins pas à l’arrêt de bus ». Au lieu de dire « tu n’écoutes jamais ce que j’ai à dire », vous pouvez dire « … »

Notre langage corporel peut communiquer nos pensées et nos sentiments mieux que les mots seuls.

4) Soyez clair et concis

Éviter l’ambiguïté, c’est s’assurer que les autres personnes savent exactement ce que vous voulez dire par vos mots.

Par exemple, « Je vais bien » peut être une réponse ambiguë à la question « Comment vas-tu ? » si la personne qui demande veut vraiment savoir ce que vous ressentez. Si quelqu’un vous demande « ça va ? » et que vous répondez « oui », alors il vous le demandera probablement à nouveau. Dire « Je vais bien » avec un sourire peut indiquer que vous êtes heureux, alors que le dire avec tristesse indiquera à la personne qui vous demande que vous n’allez pas bien du tout.

Si quelqu’un nous demande de faire quelque chose et que nous ne voulons pas le faire, l’utilisation d’un langage ambigu rendra la personne moins susceptible de faire marche arrière. Par exemple, si si l’on vous demande « Pouvez-vous venir à ma fête ? » et que vous répondez « Je ne pense pas pouvoir », il n’est pas clair si vous dites qu’il y a quelque chose dans votre emploi du temps qui ne vous permet pas d’y aller ou que vous ne voulez pas y aller, visiter le site pour en savoir plus.

5) Reconnaissez les sentiments de l’autre personneLorsque nous sommes en conversation avec quelqu’un d’autre, il est important de reconnaître les pensées et les sentiments de cette personne.

Par exemple, lorsque je dis « Je sais que tu es fâché que je sois rentré tard », je montre que je comprends ce qu’il ressent. Cela nous permet de faire preuve d’empathie envers les autres

Utiliser l’empathie dans notre communication signifie que nous communiquons notre compréhension des pensées et des sentiments de l’autre personne.

Demandez directement ce que vous voulezDans de nombreuses conversations, il peut être difficile de faire passer un message sans être indirect. Si l’utilisation du « je » nous aide à exprimer nos propres besoins, le fait de demander directement ce que nous voulons peut permettre aux autres de comprendre plus facilement ce dont ils ont besoin à faire.

6) Restez calme et maîtrisez vos émotions

Les émotions sont difficiles à contrôler. Cependant, si nous perdons notre sang-froid ou si nous parlons de manière trop émotionnelle au cours d’une conversation, cela peut amener les autres à réagir avec colère ou frustration parce qu’ils ne comprennent pas d’où viennent nos émotions.

Par exemple, si quelqu’un coupe la file d’attente devant moi et que je lui dis avec colère « Tu n’es pas censé faire ça… », il est possible que les autres réagissent avec colère parce qu’ils ne savent pas pourquoi je suis en colère.

Au contraire, si je dis « Pouvez-vous attendre votre tour ? », les autres personnes à l’avant de la file sauront que ma demande est liée aux règles sociales établies par le restaurant.

7)Être en désaccord sans être désagréable

Il est important pour nous d’exprimer notre désaccord avec les autres, mais il est également important de ne pas être désagréable.

Par exemple, dire « Je sais que vous êtes très occupé au travail » avant de faire part à quelqu’un d’une demande que vous avez à lui faire peut adoucir notre façon de demander afin qu’il soit plus susceptible d’accepter. L’utilisation de déclarations « je » permet d’exprimer nos sentiments sur une question, tout en reconnaissant que les autres peuvent avoir d’autres priorités.

Interrompre quelqu’un peut lui donner l’impression qu’on lui manque de respect et le rendre moins enclin à reprendre la conversation avec nous.

8) Être ouvert au compromis

Il est important de tenir compte du point de vue de l’autre personne lors d’une conversation. Il peut être facile de se laisser emporter par ses propres opinions, mais être ouvert au compromis permet à la conversation de se dérouler plus facilement.

Par exemple, si je dis : « Je préférerais que tu ne sortes pas avec tes amis ce soir », cela ne veut pas dire que l’autre personne est d’accord . Cela signifie qu’ils comprennent que j’ai un point de vue différent. De la même manière, s’ils disent « Je préférerais que tu n’ailles pas travailler ce soir », cela ne signifie pas que je suis d’accord non plus.

9) S’excuser quand c’est nécessaireIl peut être utile de s’excuser lorsque cela est nécessaire.

S’il est important de reconnaître ses propres erreurs, s’excuser est essentiel pour entretenir des relations saines avec les autres.

Par exemple, si quelqu’un dit quelque chose d’offensant ou de blessant et que je dis « Désolé de m’être mis en colère », cela permet de faire avancer la conversation plutôt que de se concentrer sur qui avait raison ou tort.

10) N’oubliez pas que la communication est une voie à double sensUne communication efficace est une voie à double sens

Nous pouvons facilement nous laisser emporter par nos propres pensées et sentiments, mais il est important de se rappeler que la conversation exige que les deux personnes communiquent efficacement. Cela signifie non seulement parler clairement et honnêtement avec les autres, mais aussi écouter attentivement ce qu’ils ont à dire.

Conclusion sur : « 10 conseils pour une communication éthique et efficace« 

Nous avons vu que le pouvoir de la communication peut à la fois enrichir et nuire à nos vies, mais grâce à une communication éthique, nous pouvons minimiser les risques. Apprendre à communiquer de manière éthique est une étape cruciale dans votre parcours de vie ; cela vous aidera à construire des relations durables tout en vous protégeant des personnes qui pourraient essayer de vous manipuler ou de vous blesser. L’un de ces conseils vous a-t-il aidé à réfléchir à une communication plus efficace ? Quelles autres choses avez-vous apprises sur la communication éthique ? Partagez-les avec nous sur les médias sociaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.